Maintenir une diversité du paysage c'est favoriser la biodiversité

Avant 1980, date de l'acquisition du site par le Département des Côtes d'Armor, de vastes secteurs du Cap avaient été meurtris par le passage en tous sens des véhicules automobiles, par le motocross et les pistes équestres?

Il a fallu interdire certains accès, organiser le stationnement automobile, aménager des sentiers et des escaliers, et enfin protéger la végétation dégradée.

Aujourd'hui, la cicatrisation est presque totale. Il faut désormais intervenir pour éviter un développement uniforme de végétation où les plantes les plus rares régresseraient.

Les tondeuses à quatre pattes

Afin de reconstituer progressivement des zones de végétation ouverte en conservant par ailleurs des zones de bosquets et de boisements, 65 moutons ont été introduits sur le Cap d'Erquy.

Une race de mouton très résistante, le Shetland, a été choisie.

Les animaux peuvent satisfaire leurs besoins alimentaires aux dépens de la végétation naturelle.

Ils seront déplacés successivement sur les quatre enclos aménagés entre Lourtouais et le Portuais.

L'évolution de la végétation fera l'objet d'un suivi scientifique. Les résultats de cette gestion seront progressifs et mesurables sur plusieurs années.

En juin, le troupeau quittera ERQUY pour aller entretenir un autre site de landes qui nécessite également un contrôle du développement de sa végétation. Les moutons reviendront à ERQUY en septembre.

Tout savoir sur le Cap d'Erquy